Réseaux sociaux, selfies, jeux vidéo, pornographie, travail (un peu) : les adolescents passent un temps considérable sur les ordinateurs, tablettes et autres smartphones. Faut-il n’y voir que des risques ?  

 

C’est un fait : les réseaux sociaux structurent les processus et les modalités de la socialisation juvénile. Une expérience jamais connue auparavant par les générations des adultes et éducateurs qui les entourent et les accompagnent.

Alors que pour les jeunes Internet est le lieu où s’apprennent les codes sociaux, la « sociabilité digitale » doit-elle être traitée avant tout comme une zone à risques dont il faut les prémunir, ou qu’il faut prévenir activement, quand on sait que la prise de risque est constitutive de l’adolescence ?

Ne faut-il pas plutôt examiner en quoi les technologies récentes de la communication et de l’image construisent chez les jeunes générations de nouveaux rapport au temps, aux voyages, aux images (la sienne, celles des autres, leur production, leur diffusion, leur consommation)… dont il faut tenir compte dans une approche éducative renouvelée ?

Une conférence (gratuite) organisée par l’Ufcv le 1er juin à Clermont-Ferrand, a réuni une trentaine d’intervenants socio-éducatifs professionnels (animateurs, éducateurs, formateurs …) en lien avec des publics jeunes. Jocelyn LACHANCE était là pour proposer ses analyses et ses réponses, pour dialoguer avec un public extrêmement attentif et intéressé …

Jocelyn Lachance est socio-anthropologue de l’adolescence, docteur en sociologie de l’Université de Strasbourg et en sciences de l’éducation de l’Université Laval, membre de l’Observatoire jeunes et société de Québec, codirecteur de la collection « Adologiques » (PUL et Hermann) et président de l’association Anthropoado (anthropoado.com). Il est notamment l’auteur de L’adolescence hypermoderne (PUL, 2011), de Socio-anthropologie de l’adolescence (PUL, 2013), de Photos d’ados à l’ère du numérique (PUL et Hermann, 2013) et d’Étudier les ados. Initiation à l’approche socio-anthropologique (Presses de l’EHESP, 2014). Il a codirigé de nombreux ouvrages, dont Penser les ados. Approche socio-anthropologique (PUF, 2016). Il enseigne à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.